Il n'est pas question de donner de leçon à quiconque mais juste à travers notre
expérience de donner à la fois l'occasion et l'envie de passer à l'acte par de petites
actions qui peuvent tout changer dans le quotidien d'un handicapé :
¡ En ne proposant plus à un handicapé un logement avec un parking réservé proche
d’un pylône, dans un sous-sol dont on sort par un escalier en colimaçon, avec un
ascenseur trop petit pour qu’un fauteuil roulant puisse y rentrer et avec une baignoire
plutôt qu’une douche plus adaptée à la situation. Un homme n’est pas un dossier !
¡ En prenant le temps de se soucier d’un voisin ou d’un passant handicapé pour savoir
comment l’aider pour pas qu’il chute, se blesse (parfois gravement), ... quotidiennement
dans une totale indifférence
¡ En proposant son aide pour aller faire ses courses ou se rendre chez un médecin
¡ En proposant plus qu’une place de stationnement réservée dans les grandes
surfaces, où rien n’est adapté aux capacités des handicapés
¡ En pensant à ce que peuvent ressentir des personnes en difficulté et au stress
qu’on leur provoque lorsqu’elles découvrent que la prise en charge de leurs soins n’est 
pas garantie dans le temps ?
¡ En changeant le regard que l’on porte sur un handicapé qui peut s’avérer parfois
aussi handicapant qu’une poubelle au milieu d’un trottoir pour une personne en fauteuil
roulant
¡ En mettant l’être humain au centre de toute relation
¡ ...
Au XIXe siècle les courses de chevaux étaient régies par un « commissaire handicapeur »
qui ajoutait des plaques de fonte sous la selle des meilleures montures afin d’équilibrer les
chances de tous les cavaliers. Aujourd’hui le sens du mot handicap s’est éloigné de cette
sagesse égalitaire. Il renvoie trop souvent l’image dévalorisée d’une personne limitée dans
ses interactions avec son environnement.
 

Pas de pitié, pas de compassion. De l’action !!!

Nous avons tous le pouvoir de changer les choses.